opengpu-en

Accueil > Partners > Research Laboratories

E-mail Print PDF
Public laboratories and research organizations


logo

ARMINES (Mines ParisTech)


Le Centre de Recherche en Informatique, centre commun à Mines ParisTech et a ARMINES (ARMINES/CRI), se consacre à l'étude des langages utilisés par les technologies de l'information (langages de programmation, de description de données, d'interrogation ou semi-formels voire naturels), et développe des techniques d'analyse sémantique et de transformation automatiques destinées à répondre aux besoins industriels (performance, coût de développement, time-to-market) et aux besoins administratifs et sociétaux (partage d'information cohérente, normalisation des données, accès à l'information, sauvegarde du patrimoine). Il compte 15 personnes, sous la direction de Robert Mahl (http://www.cri.ensmp.fr/).

L’objectif général de l'axe de recherche langes de programmation est de réduire les coûts d’utilisation des ordinateurs, qu’il s’agisse des coûts de développement ou d’exploitation, en développant des outils aussi automatiques que possible pour effectuer des analyses, instrumentations et transformations de programmes. Ces outils sont utilisés en développement pour faciliter la réutilisation de code ou effectuer de la synthèse de logiciel ou de tests. Ils sont aussi utilisés pour réduire les temps d’exécution de logiciels, sans augmenter sensiblement les coûts de développement, ni les coûts de maintenance.

Deux directions de recherche particulières ont été poursuivies en 2008 : l’analyse et la modélisation d’applications de traitement du signal pour processus embarqués (projet Teraops) et l’optimisation de code pour accélérateur FPGA de traitement d’images (projet ANR FREIA). Le projet Teraops du Pôle de compétitivité mondial SYSTEM@TIC PARIS-REGION vise la conception d’une architecture parallèle et le développement d’un environnement complet pour la programmation d’applications de traitement intensif (image et signal). Le compilateur PIPS est utilisé pour générer une spécification des applications destinées à permettre leur placement manuel sur la machine cible. Il est aussi utilisé pour sélectionner les parties des applications susceptibles de bénéficier d’optimisation manuelle.

Deux axes de recherche nouveaux ont été abordés en 2008. Dans le cadre du projet européen ACOTES, une nouvelle thèse a été lancée pour exploiter le parallélisme de stream au sein du compilateur libre gcc.  Et, dans le cadre du projet ANR ASTREE, une activité de recherche autour des questions de sémantique et d’implantation efficace du langage temps-réel synchrone FAUST, adapté à la composition musicale et audio et développé par le Centre national de création musicale GRAME, a été initiée.

logocea

CEA DAM

Le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) est un établissement public industriel et commercial (EPIC) de 15000 personnes environ, travaillant sur la recherche et développement en rapport avec l’énergie, les technologies pour l’information et la santé, la défense et la sécurité ;
Dans le cadre de son programme Simulation, la Direction des Applications Militaires du CEA (CEA/DAM) a défini un projet (TERA) en trois étapes (2001, 2005, 2010) visant à disposer des moyens de simulation nécessaires à la conception et à la garantie des armes nucléaires sans essais. Plus généralement, le CEA a mis en place au sein du centre DAM-Ile de France (site de Bruyères-le-Châtel, Essonne), un complexe de calcul scientifique regroupant l'ensemble de ses moyens de calculs centralisés. Ce complexe de calcul comprend trois éléments principaux :

•    un centre de calcul défense : TERA ;
•    un centre d’expérimentations technologiques ;
•    un centre de calcul recherche et technologie : CCRT, qui mettra en service, grâce au financement de GENCI, le premier grand cluster hybride cpu-gpu installé en Europe.

Il est placé sous la responsabilité du Département Sciences de la Simulation et de l’Information qui rassemble plus de 100 ingénieurs dans les domaines du développement logiciel, du calcul scientifique et des architectures informatiques.

Afin de mener à bien ses programmes, ce Département a mis en place un ensemble de coopérations et de partenariats dont les plus notables sont :

•    un accord de R-D avec la société BULL en vue de concevoir le calculateur Tera100, un cluster de calcul de classe pétaflopique qui entrera en service en 2010 ;
•    un accord de coopération avec la société Intel ;
•    un laboratoire commun, ITACA, avec l’Université de Versailles St-Quentin dédié à l’optimisation des performances sur les processeurs multicoeurs ;
•    une coopération dans le domaine du calcul haute performance avec le Centre de recherche de Jülich en Allemagne.
Par ailleurs le CEA/DAM (a été ou) est partenaire des projets suivants :
•    dans le cadre de SYSTEMATIC : (FAME2), projet CARRIOCAS et POPS ;
•    dans le cadre du PCRD : projet PrACE (Partnership for Advanced Computing in Europe), en tant qu’associé de GENCI.

CEA LIST

Le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) est un établissement public industriel et commercial (EPIC) de 15000 personnes environ, travaillant sur la recherche et développement en rapport avec l’énergie, les technologies pour l’information et la santé, la défense et la sécurité ;

Le LIST (laboratoire d'intégration des systèmes et des technologies) regroupe environ 500 personnes (de la Direction de Recherches Technologiques du CEA) à Saclay et Fontenay aux Roses, travaillant sur les systèmes à logiciel prépondérant; le LIST est membre de System@tic.

Le Laboratoire de la Sûreté du Logiciel (au sein du CEA LIST à Saclay) regroupe une grosse vingtaine d'ingénieurs chercheurs (dirigé par Benjamin Monate) travaillant sur des outils d'aide à la validation et à la vérification de logiciels (notamment l'analyseur statique Frama-C dédié à l'analyse statique de code critique en C et son formalisme de spécifications formelles ACSL) et de systèmes matériels/logiciels (en particulier systems on chip). Le LSL participe à de nombreux projets de R&D français ou européens, et a appliqué son expertise d'analyse statique des logiciels dans la compilation, notamment dans le cadre du projet GlobalGCC (programme ITEA), qui a permis le développement d'analyseurs statiques dans GCC1 [travaillant sur la représentation interne Gimple de GCC, et donc acceptant tous les langages sources traités par GCC: C, C++, Fortran, Ada, Java, etc..] et notamment de l'infrastructure nécessaire aux développements d'analyseurs statiques (éventuellement "whole program") dans GCC (voir la branche MELT de GCC). Ces travaux seront étendus et complétés dans ce projet OpenGPU pour aider à détecter les fragments de code parallélisables, et générer éventuellement du code pour GPU., en fournissant donc des extensions (logicielles libres sous GPLv3) de GCC pour aider à la parallélisation des codes etc...

Le CEA LIST continuera de collaborer (comme il l'a fait dans GlobalGCC) avec l'INRIA/Alchemy, sur l'expertise autour de GCC, dans OpenGPU.
le CEA LIST fait partie des membres fondateurs de Digiteo.
Contact: This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

scilab_logo-1
DIGITEO – SCILAB

Scilab/DIGITEO représente le Consortium Scilab, qui comprend aujourd’hui 18 membres1, et est hébergé par la FCS (Fondation de Coopération Scientifique) DIGITEO. La FCS DIGITEO est le premier parc de recherche d'envergure mondiale dans le domaine des sciences et technologies de l'information en Île-de-France

Le consortium Scilab, créé à l’initiative de l’INRIA, qui en reste un partenaire majeur, a pour mission le développement, la maintenance et la promotion du logiciel Scilab/Xcos. Ce logiciel, la référence mondiale du logiciel de calcul numérique libre, est diffusé sous une licence libre et Open Source compatible GPL.

L’équipe de recherche et développement du consortium Scilab est complètement dédiée au logiciel et comprendra 20 personnes fin 2009. Elle dispose à la fois des compétences informatiques pour assurer la conception et l’évolution du logiciel et des compétences techniques et mathématiques du domaine lui permettant la collaboration avec les laboratoires de recherche publics ou privés.

logoECP

Ecole Centrale Paris / CRSA

Ecole Centrale Paris – Laboratoire Mathématiques Appliquées aux Systèmes, (calcul scientifique et visualisation, traitement des images et des données, architectures informatiques), 92295 Châtenay-Malabry, This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it
Le laboratoire Mathématiques Appliquées aux Systèmes de l’Ecole Centrale Paris se positionne aux côtés des acteurs industriels pour les accompagner, à travers des missions de recherche et développement, dans la définition de nouvelles méthodes numériques et de nouveaux algorithmes permettant de résoudre des problèmes industriels complexes.
Une expertise internationale reconnue.

Les grands domaines d’expertise du Laboratoire concernent les méthodes et outils mathématiques et informatiques pour l’analyse, la conception et l’exploitation de systèmes complexes. Le laboratoire est structuré en projets regroupés en trois axes :

Axe 1 :  Ingénierie Scientifique et Visualisation
Axe 2 : Traitement des Informations – Données et Images
Axe 3 : Ingénierie des systèmes d’information

Le Laboratoire compte 105 personnes et est associé à deux structures d’enseignement de l’Ecole Centrale Paris (Département de Mathématiques Appliquées et Département d’Informatique) notamment dans le cadre de projets d’initiation à la recherche.

Un réseau de partenaires


Le laboratoire MAS est partenaire des projets RNTL OMD, FAME2 et IOLS du pôle de compétitivité System@tic et engagé dans les projets POPS et EPHOC (labellisés par le pôle de compétitivité System@tic). Il est également impliqué dans les projet Teradata, Terra Magna du pôle de compétitivité Cap Digital et de très nombreux projets industriels. Il est notamment laboratoire associé avec le CEA et membre actif de l’association TER@TEC.

Garant de l’innovation technologique

En définissant une méthodologie rigoureuse de très haut niveau scientifique, le laboratoire MAS garantit aux industriels avec lesquels il travaille l’innovation technologique nécessaire pour une compétitivité industrielle internationale. En effet, à travers l’utilisation de nouvelles méthodes numériques, d’algorithmes parallèles et distribués, les partenaires industriels peuvent résoudre des problèmes complexes de très grandes tailles et ainsi améliorer la qualité et la précision des phénomènes physiques simulés.
Centrale Recherche SA (CRSA) représente et agit pour le compte de l'ECP dans le cadre des pôles de compétitivité.

logo_genci

GENCI

http://www.genci.fr
Contact : Stéphane Requena ( This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it )
GENCI, Grand Equipement National de Calcul Intensif, société civile détenue à 50 % par l’Etat représenté par le Ministère de la Recherche et l’Enseignement Supérieur, 20 % par le CEA, 20 % par le CNRS et 10 % par les Universités.
Créée depuis janvier 2007, la société GENCI a pour mission de :

•    Promouvoir l’utilisation de la modélisation, de la simulation et du calcul intensif dans la recherche fondamentale et dans la recherche industrielle ;
•    Promouvoir l’organisation d’un espace européen du calcul intensif et participer à ses réalisations;
•    Mettre en place et assurer la coordination des principaux équipements des grands centres nationaux civils dont elle assure le financement et dont elle est propriétaire ;
•    Faire exécuter tous travaux de recherche nécessaires au développement et à l’optimisation de leurs moyens de calcul ;
•    Ouvrir ses équipements à toutes les communautés scientifiques intéressées, académiques ou industrielles, nationales, européennes ou internationales.
Fin 2008 GENCI a financé au CINES l’installation d’un cluster hybride composé de 6 accélérateurs de calcul (serveurs nVIDIA Tesla S1070) interconnectés à des serveurs hôtes BULL sur lesquels les environnement de programmation nVIDIA CUDA et CAPS Entreprise HMPP sont disponibles.
Mi 2009 le CEA installera un cluster hybride BULL/nVIDIA financé par GENCI et composé notamment de 48 serveurs nVIDIA Tesla S1070 avec le même environnement de programmation.
GENCI intervient dans le projet sans demande d'aide particulière.

logoIBISC

IBISC/Université-Evry


Le laboratoire IBISC (Informatique, Biologie Intégrative et Systèmes Complexes) est un laboratoire de l’université d’Evry-Val d'Essonne. IBISC a pour volonté de développer des méthodes et des outils complémentaires de l'informatique et de l'automatique pour les appliquer au Vivant, aux systèmes complexes artificiels ainsi qu'à l'interaction de l'homme avec ces systèmes. Dans le domaine du Vivant, les méthodes et les outils développés ont pour objectifs la représentation, l'analyse, la modélisation, l'identification et la simulation de réseaux de régulation (à l'échelle moléculaire, cellulaire ou tissulaire), de structures ou de processus biologiques complexes, ainsi que des applications liées à la santé (analyse et traitements de signaux et images, biométrie, assistance au geste médical, assistance aux handicapés).

Dans le domaine des systèmes complexes artificiels, les domaines d'application visés sont divers :  les réseaux de communications et de transport, les véhicules terrestres et aériens, les systèmes mobiles et distribués et les grands logiciels. Un des points forts de cette activité est la modélisation et la simulation de ces systèmes (méthodes formelles, mécanique, algorithmique, langages dédiés) pour les concevoir, les optimiser, les valider et les contrôler.

Enfin, les recherches menées sur les interactions homme/systèmes-complexes répondent aux besoins d'interfaçage actif et multimodal (image, haptique) que ces systèmes soient : mobiles (robots), distribués (télétravail collaboratif), partiellement ou complètement virtuels (réalités augmentées, réalités virtuelles).

Un réseau de partenaires. Le laboratoire IBISC est partenaire des projets FAME2 du pôle de compétitivité System@tic et engagé dans le projet POPS (labellisé par le pôle de compétitivité System@tic). Il est également impliqué dans plusieurs projets ANR dont le projet SAPHIR et dans des réseaux d’excellence européens dont le NoE VPH (Virual Physiomogical Human).

logo_inra

INRA

INRA is a public organization employing some 8500 people and has among its strategic interests the impact of food on human health and well-being.
Center for Automatic Treatment of Informatics (CATI), this center provide facility in Genomic, Metabolomic and Metagenomic for the Microbiologist (G3M). This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it
MetaQuant Platform. This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it
France 78352 Jouy-en-Josas,

The CATI-G3M is accompanying the MetaQuant Platform, providing it with all the computing facility. The MetaQuant platform is a well established actor in the field of metagenomic analysis, which involves heavy computational capabilities.It is designed to produce raw biological analysis of bacterial genomes.

With the help of the CATI-G3M, the MetaQuant platform is a leader for the academic field in putting effective solution in bioinformatics analysis.
The MetaQuant platform, among other technologies, is equipped with a high throughput Applied BioSystems SOLiD sequencer , which has been first used in the frame of the MicroObes contract. (http://www.inra.fr/micro_obes_eng/le_projet).

The device produces 300 millions short reads per analysis, with an annual volume of 200 analyses. Processing such a vast amounts of data requires dedicated solutions. In this regard the MetaQuant platform and CATI-G3M are  part of WP4. The processing of the metagenomic data is a challenging task as it is a two times orders task compared to the conventional genomic data production.

The amount of data produced in the MetaQuant facility is a Giga base of DNA data compared to a ten millions bases for a traditional approach. In order to carry out such computing in the fastest possible way, the CATI-G3M is investigating the GPU as the basis to gain the needed computer power.

As an actor of the EU-funded contract MetaHIT, the platform and the CATI has contribute to recognized publications www.metahit.eu.

logo_inria

INRIA SACLAY / ALCHEMY


ALCHEMY est une équipe commune INRIA-LRI (CNRS et University Paris-Sud XI), créée à l'automne 2003 comme la réunion de chercheurs et enseignants chercheurs de l'ancienne équipe A3 de l'INRIA et de l'équipe Architecture du LRI. Basée à Orsay, Alchemy signifie Architectures, Languages and Compilers to Harness the End of Moore Years, ce qui recouvre des recherches sur l'architecture des processeurs complexes des années, sur les exécutifs parallèles pour ces architectures, et sur les techniques et outils de génération de code associées, mais également des évolutions plus radicales en termes de paradigmes de programmation et de calcul compatibles avec les technologies futures (au-delà de la loi de Moore sur silicium). L'équipe est dirigée par Olivier Temam, et représentée par Albert Cohen dans ce projet (pré This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it ).

Ces derniers sont membres du comité de pilotage du réseau d'excellence européen HiPEAC, et l'équipe est fortement intégrée dans des collaborations européennes et internationales, que ce soit sur des projets scientifiques ou des projets de transfert technologique, mais également sur des plateformes logicielles libres, telles que le compilateur GCC. Cet investissement dans le transfert et la mutualisation de développements via des plateformes/standards industriels est un élément important de notre approche de la recherche dans le domaine.

Le projet OpenGPU s'insère dans cette logique, et dans celle du renouvellement de notre positionnement vers des architectures de plus en plus hétérogènes, comme les hybrides de CPU et GPU.

L'INRIA/ALCHEMY fait partie des membres fondateurs de Digiteo

imagesLIP6

LIP6

Le LIP6 a été créé en janvier 1997 par la fusion des trois laboratoires d'informatique de l'Université Pierre et Marie Curie (le LAFORIA, le LITP et le MASI). Avec 450 personnes, il est l'un des plus importants laboratoires d'informatique en France. C'est une unité du CNRS (UMR 7606), rattachée au département ST2I (Sciences et Technologies de l'Information et de l'Ingénierie).
Les activités du LIP6 couvrent un large spectre qui part de la micro-électronique pour aboutir à des systèmes complexes à forte valeur ajoutée, en passant par tous les composants de la chaîne informatique : réseaux, systèmes répartis, langages et preuves, simulation et programmation réparties, calcul numérique et calcul formel, logiciels de la recherche d'information et d'aide à la décision, méthodes formelles et preuves, sociétés de robots ou vie artificielle.
Trois équipes du LIP6 sont impliquées dans ce projet : PEQUAN (PErformance et QUalité des Algorithmes Numériques), ALSOC (Architecture et Logiciels pour Systèmes Embarqués sur Puce) et APR (Algorithmes, Programmes et Résolution).



Last Updated ( Thursday, 21 April 2011 10:20 )